LES FONDAMENTAUX DE LA VIE MILITAIRE ET DES UNIFORMES SOUS LA REVOLUTION ET L’EMPIRE

Une rubrique sur ce que l’on sait, croit savoir…ou que l’on n’imagine même pas

 

LA CAVALERIE DE LIGNE EN 1790-1791

Lorsqu’éclate la Révolution et dans les premières années qui suivent, la cavalerie française est considérée comme la meilleure du monde, la mieux équipée et la mieux instruite et entraînée. Cela sans doute à juste titre puisque le futur maréchal de Gouvion St-Cyr écrit à son sujet dès 1792 : « Elle se composait de 24 régiments de grosse cavalerie, bien instruits et bien disciplinés, montés sur de bons chevaux bien dressés, peut-être même un peu usés par les exercices de manège ». La Révolution et l’Empire hériteront de cette magnifique cavalerie …

Et pourtant…

Entre juillet 1789 et 1794 période la critique ne fait que s’amplifier et ne cessera qu’avec la tourmente, tourmente qui, contre toute attente, allait souder les rangs. Jusque là, l’indiscipline devient fréquente et le taux de désertion inusité. Dès octobre 1789, les troubles sont nombreux en France et l’armée, mécontente, exaspérée même parfois, n’y échappe pas. La cavalerie n’y échappe pas davantage. Au contraire peut-on dire, la crise y est-elle-même plus grave…

Ce contenu est réservé aux abonnés

Veuillez-vous connecter ou vous inscrire gratuitement pour continuer la lecture.

Bookmark(0)